La manufacture d’orgues Cavaillé-Coll

La réputation des orgues Cavaillé-Coll n’est plus à faire, mais savez-vous que plusieurs des orgues emblématiques de cette illustre maison ont été fabriqués dans le quartier du Montparnasse ?

Dessin de la manufacture Cavaillé Coll avenue du Maine dans le 15ème arrondissement

Illustration de l’hôtel particulier et des ateliers d’Aristide Cavaillé-Coll, situés au 13-15 avenue du Maine, dans le 15ème arrondissement à Paris (source : Loïc Metrope, “La Manufacture d’Orgues Cavaillé-Coll, Avenue du Maine”)

Une déambulation dans le quartier du Montparnasse est souvent l’occasion de remarquer une plaque sur l’histoire passée du lieu. Vous l’aurez peut-être compris, j’aime beaucoup partir de ce type d’indice, aussi infime soit-il, pour remonter le fil du temps et voir ce qu’internet me permettra de trouver. Ainsi au 15 avenue du Maine dans le 15ème arrondissement de Paris, trouve-t-on une plaque qui indique “Ici étaient les ateliers d’Aristide Cavaillé-Coll, facteur de Grandes Orgues 1811-1899“. En l’occurrence, l’exercice n’a pas été trop difficile car les orgues Cavaillé-Coll sont réputés et de nombreux sites existent sur le sujet. Comme toujours cet article met en avant le lien avec le quartier du Montparnasse.

La tradition familiale

Aristide Cavaillé-Coll nait le 4 février 1811 à Montpellier dans une famille de facteurs d’orgues qui remonte à l’époque du dominicain Joseph Cavaillé (1700-1767), frère de l’arrière-grand-père d’Aristide.

Portrait d’Aristide Cavaillé-Coll (1811-1899) peint par François Grenier en 1850 (crédit photo : Emmanuel Grevaux, 1921 – source : BnF Gallica)

Grâce à ses compétences scientifiques et des expériences dans différents ateliers, il devient lui aussi constructeur d’instruments guidé par de solides principes de mathématiques et de physique. Il se distingue pour ses hautes compétences techniques et pour les innovations qu’il a introduites dans la construction des instruments. Il s’est fait des amis parmi les scientifiques, les littéraires, les peintres. En 1833, Aristide vient conquérir le marché de la capitale. Dans un premier temps, son atelier est installé au 14 rue Neuve-Saint-Georges dans le 9ème arrondissement, près de l’ église Notre-Dame-de-Lorette. Son premier ouvrage majeur est l’orgue de la basilique de Saint-Denis, construit entre 1837 et 1841.

En avril 1854, Aristide Cavaillé-Coll déménage l’atelier au 94 rue de Vaugirard, dans le 6ème arrondissement, à l’emplacement de l’actuel 123 rue de Rennes.

L’atelier est aménagé à l’intérieur de l’ancienne Salle de Concerts Spirituels, ancien siège du Conservatoire de Musique religieuse, où le facteur d’orgue a à sa disposition une grande salle avec un haut plafond. En 1856, Aristide fonde et prend la direction de la société anonyme A. Cavaillé-Coll Fils & Cie.

L’atelier de l’avenue du Maine

En 1866, l’entreprise doit quitter les locaux de la rue de Vaugirard, le bâtiment étant exproprié pour être démoli dans le cadre du prolongement de la rue de Rennes.

Le tracé de la nouvelle rue de Rennes au carrefour des rues de Vaugirard et du Regard dans le 6ème arrondissement de Paris. Le rond bleu indique l’emplacement de l’atelier Cavaillé-Coll, au 94 rue de Vaugirard, au moment de l’expropriation, en 1866.

L’avocat de Cavaillé-Coll plaide pour 750 000 francs d’indemnisation, mais le tribunal tranche pour 500 000 francs. 
En 1868, Aristide Cavaillé-Coll achète un terrain de 2279 m², clos de murs, situé au 15 avenue du Maine pour en faire son nouveau siège social. Anciennement à l’usage d’un bal public et d’un limonadier, le site est composé d’un jardin arboré, d’une maison, qui devient la résidence du facteur d’orgue, d’une ancienne salle de danse, transformée en salle d’exposition des nouveaux instruments, et de divers bâtiments utilisés pour l’industrie. Le temps des travaux, Aristide Cavaillé-Coll loue une maison juste en face, sise impasse du Maine (l’actuelle rue Antoine Bourdelle).

En 1876, un départ d’incendie s’est déclaré chez le facteur d’orgue de l’avenue du Maine. Heureusement la catastrophe a été évitée, comme on peut le lire dans La Liberté du 26 décembre :

Les orgues emblématiques

Grâce à la renommée acquise avec la construction de l’instrument de la basilique de Saint-Denis inauguré en 1841, il reçoit de nombreuses commandes. Ses réalisations les plus célèbres sont les orgues majeures de l’église Saint-Sulpice (1862) et de la cathédrale Notre-Dame (1867) à Paris et de l’église abbatiale Saint-Ouen à Rouen.

Grand orgue de Saint-Sulpice, travaux en cours par Charles Mutin, 1920 (Photo : Eugène Atget)

Le grand orgue de l’église Saint-Sulpice, à quelques rues de Montparnasse, dans le 6ème arr., a été construit par François-Henri Clicquot (1732-1790) entre 1776 et 1781 et installé derrière le buffet dessiné par Jean-François Chalgrin (1739-1811), orné des statues de Clodion (1738-1814). L’instrument fut reconstruit en 1862 par Aristide Cavaillé-Coll en réutilisant ce que ses prédécesseurs avaient conservé de l’orgue de Clicquot (crédit : Eugène Atget – source : BnF Gallica)

Avec 102 jeux et environ 7300 tuyaux, l’orgue de Saint-Sulpice était le plus grand de France lors de sa fabrication. Aujourd’hui, il est le troisième plus grand orgue de France, après ceux de Saint-Eustache et de Notre-Dame.
Dans cette vidéo, écoutez l’orgue de Saint-Sulpice tout en découvrant les coulisses de l’instrument :

Au cours de sa vie de chef d’entreprise, Aristide Cavaillé-Coll a construit quelques 500 instruments pour les églises, les salles de concerts ou les salons privés. Certains instruments ont même vocation à partir à l’étranger, comme on peut le lire dans les colonnes de L’Opinion nationale du 4 avril 1872, sous la plume de J.-A. Barral : “La construction des instruments de musique est une des industries qui gardent en France une supériorité marquée. Cela est surtout vrai pour celle des grandes orgues ; et nous venons de le constater encore en assistant, il y a quelques jours, dans la grande salle de la manufacture de M. Cavaillé-Coll, avenue du Maine, à l’audition d’un orgue qui a été commandé à cet habile constructeur par l’église du Sacré-Cœur de Valparaiso (Chili).

Audition d’un orgue à la manufacture Cavaillé-Coll (source : L’Illustration, n° 1411, Volume 55, 12 mars 1870)

Avant que l’instrument ne soit livré à son propriétaire, la fin de la construction d’un orgue donne lieu à des auditions publiques, sur le site de l’avenue du Maine, annoncées dans la presse.

Comme on peut le lire dans La Liberté du 17 juin 1881, la manufacture propose aussi les concerts des élèves de l’école de musique fondée en 1853 par Louis Niedermeyer.

Les auditions à la manufacture Cavaillé-Coll de l’orgue monumental destiné à la basilique Saint-Pierre de Rome est l’occasion pour Louis Hadolff de retracer, dans le quotidien Paris du 31 août 1887, l’histoire des orgues aux travers des âges.

Le grand orgue de Notre-Dame de Paris qui a été reconstruit par Cavaillé-Coll de 1863 à 1868 a été restauré par le même facteur en 1894 (à lire dans La Liberté du 28 juillet 1894).

La succession

Le Maison Cavaillé-Coll a été plusieurs fois au bord de la faillite. Le 28 janvier 1891, avec la mort de Gabriel Reinburg, le meilleur intoner* de l’entreprise, la manufacture entame un rapide déclin. Endetté, la liquidation judiciaire frappe Aristide en 1892. Un concordat le sauve tout juste :

Mais les dettes sont trop importantes. Un jugement rendu le 5 novembre 1891 par la chambre de saisies immobilières du Tribunal civil de la Seine confirme l’adjudication de l’immeuble le 8 février 1892. Par la suite, les ateliers et les machines sont vendus au riche marchand Émile Cholet, fils d’un boulanger de Gien. La survie du facteur d’orgue l’intéresse à la condition de ne pas perdre trop d’argent. Ainsi il permet à Aristide Cavaillé-Coll de poursuivre la fabrication d’orgues contre le versement d’un loyer. Par ailleurs, la maison est attribuée à l’Institution de Barral, une école privée en charge de l’enseignement scolaire de plus de cent jeunes filles, de 10 à 20 ans, spécialement anglaises et roumaines.

13 avenue du Maine, 15e arrondissement de Paris
L’institution de Mme Barral pour jeunes filles au 13 avenue du Maine. On note qu’à droite de l’entrée, l’enseigne Cavaillé-Coll est toujours présente.

Aucun de ses fils n’étant repreneurs, Aristide vend l’entreprise le 18 juin 1898 à Charles Mutin (1861-1931), un de ses collaborateurs depuis plus de deux décennies. Mutin restera à la direction de la manufacture d’orgues jusqu’en 1924.

Le dernier grand orgue construit par Cavaillé-Coll est celui installé en 1898 dans le gigantesque château du Baron Albert de l’Espée (1852-1918) à Biarritz, le richissime misanthrope ayant développé une passion inconsidérée pour cet instrument. Plus tard l’instrument a été vendu à la basilique du Sacré-Cœur de Paris .

Suite à la vente de son entreprise, Aristide Cavaillé-Coll emménage dans un appartement au 21 rue du Vieux-Colombier, avec sa fille Cécile. L’année suivante, le 13 octobre 1899, il y décède.

Les obsèques ont eu lieu le 16 octobre en l’église Saint-Sulpice et le même jour le corps est enterré dans la tombe familiale, au cimetière de Montparnasse. Il était considéré comme le plus grand représentant de la construction d’orgue romantique français et l’un des plus importants constructeurs d’organes de tous les temps.

Même après le décès de son fondateur, la maison Cavaillé-Coll restaure encore des orgues emblématiques comme celui de la Madeleine (Le Journal, 9 décembre 1927) ou celui de Notre-Dame à Paris (L’Aube, 1er juin 1932) :

Malgré les différentes tentatives pour renflouer l’entreprise, la faillite de la manufacture d’orgues Cavaillé-Coll, Mutin, A. Convers & Cie est annoncée dans la presse (Le Petit Journal, 12 décembre 1930)

Charles Mutin n’aura pas survécu longtemps après la liquidation de l’entreprise dans laquelle il a travaillé depuis l’âge de 14 ans. Il décède le 29 mai 1931 à Paris. L’Intransigeant lui rend hommage le 7 juin.

Jusqu’à nos jours…

Au 13-15 avenue du Maine vers 1935. L’enseigne de la manufacture a été enlevée.
Vue aérienne des 13-15 avenue du Maine dans le 15ème arr. de Paris, en 1935. On peut voir le bâtiment de la manufacture Cavaillé-Coll. Le pavillon entouré en bleu existe encore de nos jours mais n’est plus visible de la rue, car caché par les bâtiments plus récents d’AgroParisTech (crédit : © IGN (France) – Photothèque nationale, 17 juin 1935)

Dans Le Journal du 28 juillet 1939, on apprend que les anciens ateliers Cavaillé-Coll servent de lieu de répétition. Voici la description qui en est faite : “pièces vétustes où flottent parmi les lambeaux d’étoffe de glorieux souvenirs. Les chaises modernes et neuves, les pupitres brillants semblent autant de fausses notes en ce lieu vénérable et décrépit“.

La parcelle occupée dans le passé par la manufacture d’orgues Cavaillé-Coll l’est à présent par l’école nationale du génie rural, des eaux et des forêts (Engref), l’école interne d’AgroParisTech. L’imposant bâtiment sur la droite a remplacé la halle de la manufacture. Dans le prolongement du bâtiment bleu se trouve le pavillon repéré sur la photo aérienne plus haut.
Vue aérienne du 13-15 avenue du Maine en 1935 (à gauche, crédit : © IGN (France) – Photothèque nationale, 17 juin 1935) et en 2019 (à droite, crédit : Google Earth, 2019).

"La manufacture d'orgues Cavaillé-Coll, avenue du Maine" par Loic Metrope

"La manufacture d'orgues Cavaillé-Coll, avenue du Maine" 
par Loïc Metrope
Ouvrage paru en 1988, épuisé mais disponible en version numérique

*L’intoner est celui qui travaille la sonorité des tuyaux de l’orgue.

Les sources pour cet article : l’article “Les orgues Cavaillé-Coll” par Loïc Métrope dans l’ouvrage “Montparnasse et le XIVe arrondissement” (pp. 181-184), les sites de l’Association Aristide Cavaillé-Coll , “La semaine musicale” (La Presse, 1er avril 1900, p. 3), “L’orgue” (Comœdia, 30 juin 1929, p.2)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *