Le Rendez-vous des Bretons

Malgré les pénuries, la première édition du Tour du France après la libération est organisée en 1947. Un breton fera la surprise sur la ligne d’arrivée et son parcours sera particulièrement suivi dans un café du 14e arrondissement, « Le Rendez-vous des bretons ».

L’équipe française ouest à la terrasse du café « Chez Guy – Rendez-vous des Bretons », situé à l’angle de l’avenue et de la rue du Maine, près de la gare Montparnasse à Paris (crédit et source : AKG images).

Au lendemain de la seconde guerre mondiale (1939-1945), en pleine reconstruction de la France, les cartes de rationnement sont toujours de mise et les produits de premières nécessités sont encore difficiles à trouver. Pourtant malgré les pénuries, la première édition du Tour du France après la libération est organisée en 1947 par un nouveau journal : L’Equipe. Comme le raconte Philippe Collin sur France inter « Après sept éditions annulées, le Tour est de retour en 1947. » En manque de divertissement, les français vont se passionner pour cette compétition. Au fil des étapes, l’un des QG pour commenter la course et soutenir le cycliste breton qui fait sensation se trouve à deux pas de la gare Montparnasse.

Emplacement du café Le Rendez-vous des Bretons au 45 avenue du Maine à l’angle de la rue du même nom (14e arr.).

Le 25 juin 1947, au départ de la 34e édition de la grande boucle, sous l’arc de triomphe à Paris, le grand favori est le leader de l’équipe de France. Il s’appelle René Vietto et il revêt d’ailleurs le maillot jaune dès la deuxième étape.

Personne ne se méfie du Trompe-la-mort, l’un des surnoms donné à Jean Robic (1921-1980), le coureur breton malingre et un peu casse-cou. Tout au long de sa carrière sportive, le cycliste sera affublé de nombreux sobriquets affectueux ou désobligeants, comme Biquet, Robiquet(1), Casque d’or, le Nain jaune, mais …

Qui est Jean Robic ?

Jean Robic voit le jour le 10 juin 1921 à Condé-lès-Vouziers dans les Ardennes, puis il grandit à Radenac, un petit village du Morbihan.

Son père Jean Robic (1897-1945) est charpentier et sa mère Rose Le Lay (1899-1983) est originaire de Pleugriffet (56) et vient d’une famille de sabotier. Démobilisé en 1917, le père décide de rester dans les Ardennes pour participer à la reconstruction. C’est là que nait Jean, le quatrième enfant et le premier garçon de la fratrie, après Bernadette (née en 1915) et les jumelles Marthe et Marie (nées en 1919) (3). Quelques années plus tard, la famille retourne en Bretagne, après une transition de quelques mois à Paris. En 1927, le père de Jean ouvre un magasin de cycles à Radenac (56). Père et fils pratiquent le vélo en amateur et concourent parfois dans les mêmes courses. A la fin des années 1930, le fils récolte les premiers résultats sur des courses locales et intègre un club cycliste à Auray. En février 1940, Jean « monte » à Paris, s’installe chez sa tante et travaille chez un marchand de cycles à Boulogne-Billancourt. En juin 1940, à la débâcle, Jean Robic est de retour à Radenac, mais revient rapidement à Paris. En parallèle de son travail, il continue les courses sur route ou en cyclo-cross. En 1943, il a 22 ans et vit sous la menace du service du travail obligatoire (STO). Il déménage vingt-trois fois pour y échapper. Il se déplace constamment en vélo avec sa valise et parcourt 120 km par jour pour aller sur son lieu de travail à Cormeilles-en-Vexin. Rien de tel pour s’entrainer !

Remarqué par Maurice Evrard, Jean Robic intègre l’équipe Génial Lucifer et passe professionnel en 1944. Il se fait une réputation de « Trompe-la-mort » en terminant Paris-Roubaix 1944 avec un traumatisme crânien.
De retour à Paris, il fait un malaise et est hospitalisé à Boucicaut pour une fracture du rocher, un os au niveau de la tempe. Dans « Robic 47 », Christian Laborde, spécialiste du cyclisme, raconte que Raymonde Cornic, la belle-fille du patron du « Rendez-vous des bretons », une brasserie de Montparnasse , vient le voir « avec, à chaque fois, son sourire et des gâteaux« . Pour impressionner Raymonde, Jean Robic remonte sur son vélo et enchaine les compétitions.
Par la suite, on le voit toujours porter un casque, ce qui lui vaudra d’autres surnoms : Tête de bois, Tête de cuir, L’homme au casque, Casque d’or.
A la mort de son père en 1945, suite à un accident forestier, Jean Robic installe sa mère avec lui à Clamart (92).

La promesse

Christian Laborde raconte aussi que le 21 juin 1947, quatre jours avant le départ de la grande boucle, Jean Robic épouse, à la mairie du 14e arrondissement, Raymonde Cornic et lui murmure à l’oreille :

Je t’épouse, je suis pauvre, le Tour de France sera mon cadeau de mariage

Jean Robic, 1947

Raymonde Cornic, née en 1928, est la fille de Mathurine Gicquel (1898-1961) et Charles Cornic (1894-?). Veuve, Mathurine s’est remariée en 1934 avec Guy Fraboulet (1902-1982), qui tient avec elle le bar restaurant « Le Rendez-vous des bretons – Chez Guy », 45 avenue du Maine (14e arr.), tout près de la gare Montparnasse.

Le mariage religieux de Raymonde Cornic et Jean Robic se déroule à l’église Notre-Dame des champs (2). Vous trouverez des photographies du couple à la sortie de l’église par ici. Cette love story suffit à faire du Tour de France 1947 un Tour inoubliable.

Le Tour est de retour

Le 13 juillet 1947, à la 15e étape entre Luchon et Pau, Vietto est toujours en jaune, mais Robic va frapper un grand coup et surclasser le favori. Il remporte, avec près de 11 minutes d’avance, l’étape de 195 km qui compte pourtant quatre cols de montagne.

Parcours du Tour de France 1947 (crédit : Jan Dorrestijn – source : www.touratlas.nl)

Sur RTL, Christian Laborde raconte que ce jour-là « Robic accomplit un exploit fabuleux. La plus grande étape de montagne était l’étape Luchon – Pau. Il attaque dès le départ et franchit les quatre cols Peyresourde, Aspin, Tourmalet, Aubisque, tout seul. Et il gagne l’étape. Ça va fasciner Marcel Cerdan, installé dans la voiture suiveuse, qui dira : celui-là il pédale comme je boxe.« 

L’étape Luchon-Pau du Tour 1947 présente quatre difficultés majeurs : le col de Peyresourde (1569m), le col d’Aspin (1489 m), le col de Tourmalet (2115 m) et le col d’Aubisque (1709 m)
(crédit : L’Équipe / Le Parisien libéré – Source : Le dico du Tour)

Mais n’est-il pas trop tard pour gagner le Tour de France ? Il ne reste qu’une poignée d’étapes pour détrôner le premier au classement général qui a une avance considérable.

Pendant le Tour, Raymonde reçoit des messages de son mari qu’elle partage avec ses proches et leurs nombreux amis du bar restaurant :

Ayez confiance. J’ai le moral !

Jean Robic, juillet 1947

Proche de la gare Montparnasse qui mène à l’Ouest, le Rendez-vous des Bretons – Chez Guy devient le quartier général des admirateurs, tous bretons, du grimpeur. Et chaque jour l’affluence est proportionnelle à la notoriété grandissante du nouveau roi de la montagne. A un journaliste de Ce soir, qui lui demande si ce serait un beau cadeau si son mari gagnait le Tour de France, Raymonde répond : « Oh ! oui, bien sûr ! Mais je n’ose pas trop y croire. Ça risquerait de lui porter malheur. »

A la terrasse du Rendez-vous des bretons, 45 avenue du Maine (14e arr.), Raymonde (debout), Guy Fraboulet, son beau-père, et ses amis suivent les nouvelles du Tour dans la presse (source : Miroir Sprint, 1947)

Le 18 juillet 1947, la caravane du Tour arrive en Bretagne. Le lendemain dans le difficile contre-la-montre de Vannes à Saint-Brieuc, Vietto laisse filer son maillot jaune à l’italien Pierre Brambilla. Quant à Robic, porté par les supporters bretons et Raymonde présente sur le bord de la route, il est désormais troisième au classement général à 2 min 58 du leader.

Sous le maillot blanc de l’équipe de l’Ouest, et sans avoir jamais revêtu le maillot jaune, le breton Jean Robic fait l’exploit et remporte le Tour de l’après-guerre lors de la dernière étape qui mène le peloton de Rouen à Paris.
Jean Robic aura tenu parole et rapporté une dot de 658 000 francs (environ 100 000 €) à sa femme, soit 500 000 F pour le classement général, 158 000 F de prix et primes diverses.

Jean Robic a tenu la promesse faite à sa jeune épouse Raymonde, surnommée affectueusement Choupette, et réussi l’exploit de remporter le 34e Tour de France, celui de l’après-guerre (crédit : anonyme)

Jean Robic participera encore à une dizaine de Tour de France entre 1947 et 1959, dans diverses équipes mais sans jamais égaler son palmarès de 1947. La promesse faite à sa jeune épouse lui aura donné des ailes.

L’un des fameux casques porté par Jean Robic depuis sa fracture du crâne lors du Paris-Roubaix 1944.

Il sera également le premier champion du monde de cyclo-cross, en mars 1950. Les années passent et les équipes de cyclistes continuent de se donner rendez-vous « Chez Guy ».

Dans le cadre du Tour de France 1953, l’équipe française ouest se retrouve au café « Chez Guy – Rendez-vous des Bretons », tenu par Guy Fraboulet, le beau-père de Jean Robic. Le gagnant de l’édition de 1947 est ici appuyé sur son vélo aux côté de Émile Guerinel, Joseph Morvan, Armand Audaire, François Mahe, Léon le Calvez (technicien en chef), Yvon Marrec, Jean Mallejac et Roger Jupin (crédit et source : AKG images).

La reconversion

En 1957, Jean Robic ouvre la brasserie « Chez Robic » au 61 avenue du Maine dans le 14e arrondissement. Le casse-cou devient limonadier, mais le succès n’est pas au rendez-vous. Comme un malheur n’arrive jamais seul, sa femme le quitte et le divorce est prononcé le 2 juillet 1973. Jean Robic vit de petits boulots et de prestations, vendant sa notoriété. L’ancien coureur cycliste Eugène Letendre (1931-2014) qui a investi dans une entreprise de déménagement de bureaux, le fait travailler.

Le dimanche 5 octobre 1980, Robic prend le départ de la course des gentlemen, une course de 35 kilomètres qui réunit des anciennes vedettes de la petite reine. Le beau-père du coureur néerlandais Joop Zoetemelk, et le cycliste Eugène Letendre, qui a trouvé du travail à Jean après son divorce et ses mauvaises affaires dans sa brasserie de Montparnasse, sont à l’initiative de ce rendez-vous amical.
Après la course, le banquet annuel en l’honneur des gloires du Tour du France est organisé à l’auberge Le Gonfalon à Germigny l’Évêque (77). Venu accompagné, Robic retrouve sa bonne amie dans les bras d’un autre champion. La soirée bien arrosée aidant, il entre dans une rage folle et veut repartir sur le champs. Les uns et les autres tentent de l’en dissuader, mais finalement Robic prend le volant, plutôt que de dormir sur place. A 3h30 du matin, il encastre son Audi 100 dans un camion sur la nationale 3, à hauteur de Claye-Souilly et décède sur le coup à 59 ans.
Pour tous les passionnés de cyclisme, il restera toujours le grand vainqueur du Tour de France de la Libération, sans jamais avoir porté le maillot jaune.

Le 45 avenue du Maine à l’angle de la rue du Maine a bien changé depuis les années 1950. A la place du bar restaurant « Le Rendez-vous des bretons – Chez Guy » se trouve une agence de location Hertz.

"Robic 47" par Christian Laborde, éd. du Rocher, 2017
Jean Robic, coureur disgracieux dont on s'est toujours moqué et dont l'équipe de France n'a pas voulu, ne pouvait, aux dires des experts, gagner le Tour. Tous ignoraient la promesse de Robic, la ténacité de Robic, l'endurance de Robic, les talents incroyables de grimpeur de ce vilain petit canard des cycles qui, du haut de son 1m61, a dicté sa loi à tous les héros du Tour sur les routes défoncées d'un pays en ruines.
"Robic 47" est une biographie romancée, enrichie par des photos Collector.
www.christianlaborde.com

(1) L’impasse Robiquet (6e arr.), perpendiculaire au boulevard du Montparnasse, n’a rien à voir avec Jean Robic. Elle porte le nom d’un chimiste et pharmacien Pierre Jean Robiquet (1780-1840).
(2) De cette union nait trois enfants : Jean-Loup en 1948, Alain en 1949 et Marie-Christine en 1952.
(3) Le couple aura encore deux enfants : Pierre (né en 1923) et Janine (née en 1931).

Les sources pour cet article : « Madame Raymonde Robic croit en son mari » (Ce soir, 4 juillet 1947), « Robic gagne en tout 658 000 francs » (France soir, 25 juillet 1947), « Robic et l’équipe Ouest-Nord » (L’Humanité, 28 juin 1949), « Une nouvelle carte du Tour » par Francis Crémieux (L’Humanité, 29 juin 1949), « Un petit bonhomme têtu comme… un breton » par Pierre Portier et Lem (Ce soir, 11 mai 1950), « Robic pourra compter sur toute l’équipe bretonne » (Combat, 12 juillet 1950), Avis de décès (Le Monde, 7 octobre 1980), « La colère noire du Nain jaune » par Jean-Louis Le Touzet (Libération, 5 juillet 2003), « Le destin de Jean Robic, le champion cabossé d’une France cabossée » par Christian Laborde (TV5 Monde, 29 juin 2017), « Un Tour de France 1947 rendu « héroïque » par Jean Robic » (RTL, 25 mai 2017), « Le Tour de France 1947 : le tour de la Libération » par Philippe Collin (France inter, 4 juillet 2020), « Radenac rend hommage à l’enfant du pays, Jean Robic » (Le Télégramme, 28 juin 2021), « Tour de France. Sur les traces de Jean Robic, le héros de l’été 1947 » par Didier Gourin (Ouest-France, 28 juin 2021), Jean Robic, petit Breton et premier champion du monde de cyclo-cross ! (France inter, 27 janvier 2022), le dico du Tour et la page Wikipedia.

Les années folles à La Coupole

Inaugurée le 20 décembre 1927, « La Coupole » est la plus grande brasserie-restaurant de Montparnasse. Depuis plus de 90 ans, célébrités et anonymes s’y donnent rendez-vous. Découvrons un pan de son histoire…

Le jour-même où La Coupole, cette prestigieuse brasserie parisienne du 14e arrondissement de Paris, célébrait ses 70 ans, je posais mes valises dans le quartier du Montparnasse.

Toute à mon installation, je n’ai aucun souvenir de la fête qui a rassemblé près de 2000 personnes le 2 décembre 1997. De toute façon à l’époque, comme aujourd’hui, je ne fréquentais pas d’établissements de cette catégorie. Une seule fois, j’ai eu la possibilité de diner à La Coupole, une parenthèse qui m’a confirmé que c’était un autre monde. Depuis le début, on vient à La Coupole pour se restaurer ou prendre un café-crème, selon sa bourse, retrouver des amis ou faire des affaires, mais surtout pour voir et être vu… et de nos jours aussi un peu pour retrouver l’esprit du lieu.

Embed from Getty Images

La Coupole dans les années 1930 (crédit : Hulton Archive – Source : Getty Images).

Le carrefour Vavin s’agrandit

Pour parler de la naissance de La Coupole, il faut se replonger dans le Paris des années 1920. Après la premières guerre mondiale, Montparnasse est le quartier à la mode. Le monde des lettres et des arts se retrouvent à la Closerie des Lilas, depuis la fin du 19e siècle, au Dôme, fondé en 1898, à la Rotonde, ouvert en 1903, ou au Select, inauguré plus tardivement en 1923, pour ne citer que ceux encore en activité de nos jours. Avec l’ouverture du Jockey en 1923, il est aussi possible de faire la fête une bonne partie de la nuit.
A la même époque deux beaux-frères, Ernest Fraux (1886-1960) et René Lafon (1898-1998), qui ont déjà tenus plusieurs bistrots, comme le Petit-Bar(1), 351 rue de Vaugirard, puis le Bar-Parisien, boulevard de Clichy, cherchent à retourner rive gauche. Pendant un temps ils prennent la gérance du Dôme. Ils y retrouvent beaucoup d’artistes qu’ils ont connus pauvres lorsqu’ils tenaient le Petit-Bar près de La Ruche, le phalanstère d’artistes du 15e arrondissement, et beaucoup d’anciens clients de Montmartre attirés par le succès de Montparnasse. Ils se plaisent beaucoup dans le quartier et cherchent à s’y installer. Ils avaient pour objectif de racheter Le Dôme. Deux fois ils se mettent d’accord sur un prix de vente avec le propriétaire, mais par deux fois Paul Chambon se rétracte. Ne parvenant à reprendre une affaire existante, pourquoi ne pas en monter une de toute pièce ? Le seul espace disponible dans le périmètre du carrefour Vavin (c’est-à-dire le croisement des boulevards Montparnasse et Raspail) est l’affaire Juglar, un vaste dépôt de bois et de charbon au 102 du boulevard Montparnasse(2).

A moins de venir s’y ravitailler, les passants préfèrent éviter le trottoir noir de charbon. A l’époque le bruit court qu’on va y construire un garage.
Finalement Fraux et Lafon font affaire avec le propriétaire et éditeur, Joseph Gabalda (1863-1932) et obtiennent un bail de vingt ans avec promesse de vente à 2 300 000 francs (soit 8 800 euros environ), un loyer mensuel pour le terrain de 800 m² et l’autorisation de construire sur l’emplacement.

Vers 1930, l’enseigne « Charbons Juglar » à gauche indique toujours le chantier disparu sur le trottoir d’en face où se trouve à présent « La Coupole » (crédit : Roger-Viollet – source : Paris en images).

Fort de leurs expériences et partant de zéro, Fraux et Lafon voient grand, très grand : un restaurant sur deux niveaux, un bar, une terrasse de 30 mètres de long sur 3,5 m de trottoir et un dancing en sous-sol, soit 2500 m² de surface.

Sur ce plan de La Coupole, on note la terrasse à droite, les cuisines de forme triangulaire, à gauche, ainsi que la fontaine centrale.

Pour le projet ils choisissent les architectes Barillet et Le Bouc. Les deux fondateurs tiennent à ce que la grande salle ait cinq mètres de hauteur pour ne pas être gêné par la fumée de cigarette, car à l’époque on pouvait fumer dans les restaurants. Le chantier débute en janvier 1927. Pour soutenir la bâtisse de deux étages, vingt-quatre piliers s’enfoncent à plusieurs mètres de profondeur. Des fondations d’autant plus nécessaires que le sous-sol de la zone est truffée d’anciennes carrières.

Pour la décoration intérieure, Alphonse-Louis Solvet et son fils Paul, qui ont déjà travaillé à la Closerie des Lilas, sont aux manettes et prévoient un décor Art déco, mouvement artistique à la mode à partir de la fin de la première guerre mondiale. On retrouve cette inspiration notamment dans les mosaïques du sol et les luminaires.

Le sol en mosaïque du bar, à gauche, a un motif différent de celui de la brasserie et du restaurant, à droite (crédit : Les Montparnos, mars 2021)

Les lustres art déco sont réalisés par le maitre verrier Jean Perzel (1892-1986) – (crédit : Pierre André Leclercq, mai 2014 – source : Wikimedia)

Pour la vaisselle, les décorateurs optent pour de la porcelaine de Limoges aux couleurs du restaurant.

La décoration des trente-deux piliers et pilastres de la grande salle est confiée à une trentaine d’artistes de Montparnasse, pour la plupart élèves de Matisse, Fernand Léger et Othon Friesz, et coordonnés par le peintre Alexandre Auffray (1869-1942). Les toiles sont marouflées sur les faces supérieures des piliers, La Coupole devenant ainsi une sorte de galerie permanente, représentant les courants artistiques d’alors. Les artistes de cette décoration collective ne sont pas bien identifiés, car la seule signature visible est celle du suédois Isaac Grünewald (1889-1946) (3). La mémoire orale retient les noms de Marie Vassilieff (1884-1957), Louis Latapie (1891-1972), Auguste Clergé (1891-1963), Maurice Louis Savin (1894-1973), Jules-Emile Zingg (1882-1942), David Seifert (1896-1980), Jeanne Rij-Rousseau (1870-1956), …

Embed from Getty Images

La grande salle de La Coupole après la rénovation, en 1988 (crédit : Sergio Gaudenti / Sygma – source : Getty Images).

Quand vient le moment de choisir le nom du restaurant, il se raconte que l’architecte Le Bouc propose « La Coupole« , argumentant que dans le quartier il y a déjà un dôme et une rotonde. La référence à la coupole, plus académique, du quai de Conti n’est pas pour déplaire aux propriétaires du restaurant.

La grande salle de La Coupole à son origine en 1927 (crédit : non identifié – source : « La Coupole, 60 ans de Montparnasse »)

L’inauguration est fixée au 20 décembre 1927. 3000 invitations ont été envoyées. 1200 bouteilles de champagne sont prévues, ainsi que 10 000 canapés, 1000 saucisses et 800 gâteaux. Tout le personnel est sur le pont et se demande si les invités seront au rendez-vous. En effet ce jour-là, il pleut et le trottoir est une vraie patinoire, en raison du froid mordant. Mais la curiosité a été la plus forte et le bouche-à-oreille a bien fonctionné. Le tout Paris est présent, si bien qu’à minuit le champagne est en rupture et les convives passent aux apéritifs et vins, vidant ainsi les caves de La Coupole. L’inauguration est un succès !

A partir de cette date, La Coupole est ouvert jour et nuit et dès le lendemain de l’inauguration il faut accueillir les premiers curieux venus découvrir ce nouveau lieu hors norme.
En entrant à La Coupole, on trouve à droite le restaurant, au centre la brasserie et à gauche, le bar. La brasserie ne diffère du restaurant que par les nappes qui sont en papier et sur lesquelles on peut griffonner.
Le quartier étant très cosmopolite, Fraux et Lafon proposent des journaux de tous les pays d’origine de ses clients, ainsi que des plats internationaux. Parmi les spécialités de la maison, vous pouvez choisir notamment entre les harengs pommes à l’huile, la choucroute spéciale ou le curry d’agneau. Certains plats sont apportés par un serveur en costume d’apparat, comme pour le curry d’agneau préparé devant les convives par un serveur en habit indien.

Ali dans l’un des douze costumes d’apparat avec lequel il sert le café Cona à La Coupole. Il décèdera des suites d’une opération bénigne et ne sera jamais remplacé (crédit : non identifié – source : « La Coupole, 60 ans de Montparnasse »).
Si vous vous posez la question : Cona est une marque de cafetière à siphon populaire en Europe après 1920.

La Pergola

Au printemps 1928, Fraux et Lafon inaugurent au premier étage La Pergola, un restaurant d’été auquel on accède par le grand escalier (aujourd’hui disparu) à droite de la grande salle. Par beau temps le restaurant de plein air est tout à fait agréable et remporte un vif succès. Le problème vient lorsqu’il se met à pleuvoir, puisque les clients retournent en catastrophe dans la grande salle qui bien souvent est déjà bondée. En 1931, les propriétaires de La Coupole font construire un toit coulissant, pour éviter les déboires saisonniers et ouvrir La Pergola toute l’année.

Embed from Getty Images

Cette photographie de 1929 permet de voir le restaurant La Pergola à l’étage de La Coupole alors qu’il était encore en plein air (source : Getty images)

La Pergola est très apprécié pour les diners officiels, comme le gala en l’honneur des aviateurs Jean Assolant (1905-1942), René Lefèvre (1903-1972) et Armand Lotti (1897-1993) qui ont réalisé le 13 juin 1929 la première traversée française de l’Atlantique Nord.

Le boulodrome du toit de La Coupole servira aussi aux amateurs de pétanque.

Pour jouer à la pétanque sur le toit de La Coupole, le peintre graveur Othon Friesz (1879-1949) est souvent entouré des artistes Edmond Ceria (1884-1955), Charles Despiau (1874-1946), Maurice Savin (1894-1973), Henri Hayden (1883-1970) et Henry de Waroquier (1881-1970), mais sont-ils sur cette photo ? (crédit : non identifié – source : « La Coupole, 60 ans de Montparnasse »)

Le Dancing

A peine un an après l’inauguration, Ernest Fraux et René Lafon ouvrent le dancing au sous-sol. Au programme jazz et tango. Originalité du lieu ? Des miroirs sont installés au plafond, si bien que les danseurs se voient en double. On l’appelle le Dancing à l’envers.

Le dancing de La Coupole (photo du haut) sert de décor de tournage pour le film de Claude Lelouch « Edith et Marcel » (photo du bas) sorti en salle en 1983.

Rendez-vous à La Coupole

Depuis son inauguration la brasserie est ouverte 24h sur 24. Une journée à La Coupole se déroule toujours un peu sur le même rythme, ponctuée de fêtes ou de disputes mémorables et différents publics et nationalité se côtoient. Certains préfèrent venir le matin pour le petit-déjeuner et la lecture des nouvelles du jour. A midi, les hommes d’affaires et les politiques viennent déjeuner. Dans l’après-midi, les amis se retrouvent pour le thé, parfois dansant. En soirée le tout Paris des lettres et des arts, et la bourgeoisie se donnent rendez-vous à La Coupole. Les célébrités telles Mistinguett, Joséphine Baker, les muses telles Kiki de Montparnasse ou Youki, les artistes comme Foujita, Léger, Picasso, Matisse, Giacometti ou les écrivains Hemingway, Dos Passos, Aragon et tant d’autres ont fait la réputation internationale de cette brasserie.

Tel poète obscur, tel peintre qui veut réussir à Bucarest ou à Séville, doit nécessairement, dans l’état actuel du Vieux Continent, avoir fait un peu de service militaire à la Rotonde ou à la Coupole, deux académies de trottoir où s’enseigne la vie de Bohème, le mépris du bourgeois, l’humour et la soulographie.

Léon Paul Fargue, « Le piéton de Paris » (1939)

La fin d’une époque

Premier coup dur pour le quartier Montparnasse : venus à Paris pour échapper à l’Amérique puritaine et la prohibition, les artistes et écrivains des États-Unis se sont retrouvés à Montparnasse, mais le krach financier d’octobre 1929 les oblige pour la plupart à rentrer, la manne financière s’étant tarie.

Embed from Getty Images

Le restaurant de La Coupole de nuit en janvier 1939 (crédit : Keystone-France / Gamma-Keystone – source : Getty Images)

Le 1er septembre 1939, avec l’invasion de la Pologne par les troupes allemandes et la mobilisation générale, une chape de plomb s’abat sur l’Europe, sur Paris et sur Montparnasse. Du jour au lendemain La Coupole entre dans une période difficile. Ernest Fraux et René Lafon décident de fermer La Pergola. Le dancing devient un restaurant avec orchestre. Le service 24/24 est terminé, La Coupole ferme à 23h, couvre-feu oblige. Les années folles sont belles et bien finies.

La Coupole au fil des années

Vous l’aurez deviné, La Coupole survit aux années sombres de l’occupation allemande (5). Cette période est racontée dans « La Coupole, 60 ans de Montparnasse » (pp. 141-160), le livre écrit par Françoise Planiol en 1986. Pour ne pas trop vous laisser sur votre faim (ça serait dommage lorsqu’on parle d’un restaurant), vous trouverez ci-dessous quelques images marquant l’évolution de ce lieu emblématique de Montparnasse.

Le boulevard du Montparnasse, à la hauteur de la rue Péguy (6e arr.), en direction de Port-Royal. Sur le trottoir de droite, on reconnait la terrasse de La Coupole (14e arr.). Si on se base sur les voitures stationnées sur le boulevard, la photo date vraisemblablement des années 1940-1950 (crédit : Noël Le Boyer – source : Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, diff. RMN-GP).

Embed from Getty Images

La brasserie La Coupole à Montparnasse en janvier 1968 avec sa terrasse fermée. On remarque que le trottoir est beaucoup plus étroit (crédit : Keystone-France/Gamma-Keystone – source : Getty Images). Au printemps de cette année-là, René Lafon a craint pour ses vitrines lorsque le cortège des manifestants de mai 1968 passait sur le boulevard.

En 1988, après 60 ans à sa direction, René Lafon cède La Coupole à Jean-Paul Bucher (1938-2011), patron du groupe Flo, avec l’assurance que les usages de la brasserie seront maintenus.

Embed from Getty Images

Le 5 janvier 1988, Jean-Paul Bucher, Président du groupe Flo (à gauche), a racheté le restaurant « La Coupole » à René Lafon qui l’avait créé et le gérait avec son fils Jean (crédit : Daniel Simon / Gamma-Rapho – source : Getty Images).

La même année, à la faveur de la restauration du lieu une opération immobilière est réalisée. Un immeuble de six étages de bureaux est ajouté au dessus de La Coupole au rez-de-chaussée.

La Coupole a été réhabilité en 1988 à l’occasion de la surélévation du bâtiment : six niveaux de bureaux, derrière une façade censée rappeler l’architecture des années 1930 (crédit : Les Montparnos, mars 2021)

En façade, une entrée centrale est ajoutée. La coupole en verre au centre du plafond de la grande salle est obstruée. L’escalier qui menait à La Pergola au premier étage est supprimé et à la place un 33e pilier encastré dans le mur, ou plutôt un pilastre, est ajouté.

Suivant le principe des autres piliers de la grande salle, on demande à Michel Bourbon de le décorer. Il réalise une toile en hommage aux Montparnos qui ont fait le succès de La Coupole. On peut reconnaitre notamment Kiki de Montparnasse, Pascin, Foujita, Ernest Hemingway, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Marie Vassilieff, Giacometti et René Lafon, le cofondateur du lieu.

La restauration permet également de retrouver le lap(4) d’origine de couleur verte des quatre piliers centraux. En effet en août 1944, la teinte avait été jugée trop proche de celle des uniformes de l’occupant et les piliers avaient été peint en rouge grenat, comme on peut le constater dans la séquence du film « La Boum » tournée dans la grande salle de La Coupole.

Dans le film « La Boum » sorti en salle en 1980, une scène avec Denise Grey, Sophie Marceau et Robert Dalban a été tournée à La Coupole. On note qu’à l’époque les piliers sont peints en rouge (source : photogrammes extraits du film).

Restée soixante ans, de 1927 à 1987, entre les mains des fondateurs, La Coupole va changer plusieurs fois de propriétaires. Après le groupe Flo en 1988, c’est le financier belge Albert Frère qui reprend le restaurant en 1995, pour finalement le revendre au groupe Bertrand en 2017.

Dans la grande salle de La Coupole la fontaine centrale a été remplacée par « La Terre » (1994), une sculpture de Louis Derbré (1925-2011). En 2008, la coupole de 8,5 mètres de diamètre au centre du plafond a été peinte par quatre artistes représentant les quatre points cardinaux : pour le nord/l’Europe, la française Carole Benzakem, pour le sud/ l’Afrique, le marocain Fouad Bellamine, pour l’est/l’Asie, le chinois Xiao Fan et pour l’ouest/les Amériques, l’argentin Ricardo Mosner (crédit : Les Montparnos, mai 2013)

Ce dernier rachat est marqué par une nouvelle inauguration le 26 septembre 2018 donnant lieu à une grande fête costumée :

En 2019, le reportage du magazine Sept à Huit sur TF1 dévoile tout une série de chiffres sur la gestion du restaurant. On apprend par exemple que la grande salle compte à présent 330 places et que La Coupole fait travailler 150 salariés, que les serveurs parcourent en moyenne 10 km durant leur service de 8 heures et que le ticket moyen en soirée est de 58 euros. On découvre aussi le fonctionnement des cuisines et de sa brigade en service jusqu’à minuit. La grande spécialité de La Coupole reste depuis ses débuts le curry d’agneau toujours préparé en salle par un serveur en costume indien.
Chaque mois deux tonnes d’huitres et 1000 bouteilles de champagne sont consommés. Le gérant de La Coupole dépense 250 000 euros pour la nourriture et 100 000 euros de loyer mensuel. Pour être rentable, il faudrait donc faire 650 couverts au minium par jour et idéalement un millier. Mais c’est sans compter la crise sanitaire de 2020…

La belle endormie

Avec la fermeture des restaurants pour cause de pandémie de Covid-19, La Coupole ressemble à un navire déserté par ses passagers et son équipage [NDLR : au moment où cet article est paru La Coupole était fermée, depuis elle a heureusement rouvert]. L’immense terrasse abritée est vide. Par mauvais temps, des SDF s’y réfugient.

Dans la grande salle, quelques lumières restent allumées pour le plus grand plaisir des passants qui peuvent, le nez collé aux vitres, jeter un œil à l’intérieur et admirer le décor, au-delà du mur de chaises empilées qui fait barrage. La poussière s’est déposée sur les comptoirs et les tables, le courrier s’accumule à l’entrée et des feuilles mortes se sont glissées sous les portes, mais la splendeur est toujours là.

Pendant la pandémie de Covid-19, comme tous les restaurants, La Coupole est fermée une bonne partie des années 2020 et 2021 (crédit : Les Montparnos, mars 2021)
La cloison qui séparait autrefois le bar, de la brasserie a disparu (crédit : Les Montparnos, mars 2021)

Lorsque les restaurants pourront rouvrir, je vous donne rendez-vous pour un café-crème et pour tenter de retrouver l’esprit des lieux… En attendant de célébrer comme il se doit les 100 ans de La Coupole en 2027 !

La terrasse de La Coupole sur une carte postale ancienne non datée, à gauche, et en mai 2010, à droite. On remarque sur la photo de gauche que le trottoir est bien plus large que de nos jours.

La Coupole – 102 boulevard du Montparnasse – 75014 Paris – 01 43 20 14 20 – Site
Le 12 janvier 1988, la grande salle de La Coupole est inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques.

En savoir plus



La Coupole, 60 ans de Montparnasse
de Françoise Planiol, éd. Denoël, 1986
A six ans et demi, quand Françoise Planiol va pour la première fois à La Coupole c'est avec son grand-père pour prendre le thé. Elle y rencontre alors M. Lafon, l'un des fondateurs. Par la suite elle y est retournée de nombreuses fois. Elle raconte...


Visite virtuelle de La Coupole
En attendant de pouvoir se rendre sur place, visitez virtuellement la grande salle et le dancing de La Coupole. 

(1) Le Petit-Bar est proche de la Ruche (rue Dantzig) où beaucoup d’artistes ont leur atelier et bien souvent Ernest Fraux offre le café aux peintres et sculpteurs sans le sou.
(2) A cet emplacement, sous Louis XVI, poussaient les derniers arpents de vigne de l’enceinte des Fermiers-généraux.
(3) La restauration de la grande salle en 1988 a permis d’en savoir un peu plus sur les artistes qui ont décoré les piliers de La Coupole.
(4) Le lap, pour « l’art antique des lapidaires », est un procédé imitant le marbre, mis au point par le physicien Jean-Charles Séailles et son épouse Spéranza Calo, il incorpore des feuilles de cuivre, d’argent, d’or ou de platine qui donnent un effet brillant. La restauration des piliers de La Coupole a été menée par l’artisan d’art Pierre Séailles, fils des inventeurs.
(5) En 1976, Joseph Losey tourne, à La Coupole, une scène de « Monsieur Klein » avec Alain Delon. La grande salle replonge dans l’ambiance de l’occupation le temps d’un tournage.

Les autres sources de cet article : « Les gaîtés de Montparnasse » (Le Carnet de la semaine, 6 mai 1928), « A Montparnasse : à La Coupole » (Excelsior, 24 déc. 1928), avis de création de la SARL Fraux et Lafon (Le Droit, 15 déc. 1928), « Le Coupole » de Emmanuelle Corcellet, Pierre-Jean Remy et Alain Weill (éd. Albin Michel, 1988), « Montparnasse, l’âge d’or » de Jean-Paul Caracalla (éd. La Table ronde, 2005, pp. 99-107), « La coupole de La Coupole » (RFI, 20 oct. 2008), « Montparnasse, les lieux de légende » de Olivier Renault (éd. Parigramme, 2013, pp. 20-25), l’émission Lieux de mémoire (59 min) sur France culture du 23 octobre 1997, le reportage (7 min) du magazine Des racines et des ailes (18 février 2004), la visite commentée (29 min) par Frédéric Lewino (Le Point, février 2017), le Grand format du magazine 66 minutes (extraits, M6, octobre 2018), le reportage (32 min) du magazine Sept à huit (TF1, 22 septembre 2019), la chanson de Renaud « La Coupole » (1975).

Le Bouillon Chartier de Montparnasse

Près de 100 ans après sa fermeture, un Bouillon Chartier a rouvert en février 2019 sur le boulevard Montparnasse, retrouvant sa vocation d’origine : proposer une cuisine traditionnelle à bon prix dans un cadre agréable. Retour en images sur cette histoire…

On doit à Baptiste-Adolphe Duval (1811-1870) l’invention d’un nouveau type de restauration voué à nourrir le petit peuple des Halles, composé d’ouvriers et d’employés contraints de se restaurer hors de chez eux, pour une somme modique. Au milieu du 19ème siècle, ce boucher de métier cherche à écouler les bas-morceaux de viande délaissés par sa clientèle aisée. Il a l’idée de proposer aux travailleurs une cuisine basique et bonne, faite de plats mijotés et de pot au feu, préparée à base de produits frais, le tout dans un cadre agréable. En 1854, les Bouillons Duval étaient nés. En 1896, un concurrent de taille est créé : le premier Bouillon Chartier est ouvert, par les frères Frédéric et Camille Chartier, au 7 rue du faubourg Montmartre dans le 9ème arrondissement.

En 1903, l’ancienne boutique d’un marchand d’huile, au 59 boulevard du Montparnasse dans le 6ème arrondissement, est rachetée par Edouard Chartier. En 1906, d’importants travaux sont effectués pour donner naissance à un somptueux décor Art Nouveau (verrière, miroirs, céramiques, moulures, boiseries…). Les revêtements en céramique, aux dessins floraux, ponctués de paysages de la France, sont signés par le céramiste Louis Trézel (1863-1912) de Levallois-Perret (92).

On reconnait l’enseigne du Bouillon E. Chartier sur cette photo prise, vers 1900, depuis la place de Rennes (actuelle place du 18 juin 1940) à l’angle du boulevard Montparnasse et de la rue de Rennes.

En 1924…

Vendu en 1924, le Bouillon Chartier Montparnasse est repris par H. Rougeot, ancien directeur du restaurant Vagenende.

A partir de 1924, le Bouillon Chartier change de propriétaire et passe sous la direction de H. Rougeot.

En 1977…

Grâce aux royalties du best-seller La cuisine est un jeu d’enfants (3 millions d’exemplaires), Michel Oliver crée, dans les années 1970, plusieurs bistrots rive gauche, dont le Bistro de la gare au 59 boulevard du Montparnasse.

Restaurant « Le Bistro de la Gare » de Michel Oliver, ancien restaurant Rougeot, au 59 boulevard du Montparnasse (6ème arr.), mai 1977 (crédit : Collection Roger-Viollet/Roger-Viollet – source : Paris en images).

En 2003…

Le groupe Gérard Joulie rachète le restaurant qui prend alors le nom Montparnasse 1900.

Le Montparnasse 1900, au rez-de-chaussée de l’hôtel Terminus, à gauche de La Marine. (crédit : Les Montparnos, mai 2010)

Depuis février 2019…

Le Montparnasse 1900 ferme ses portes le 7 janvier 2019. La famille Joulie, propriétaire depuis 2003, a décidé de rendre son nom et sa vocation d’origine à ce lieu ouvert en 1903. Le restaurant rouvre le 1er février 2019, après travaux, sous l’enseigne d’un Bouillon Chartier. La boucle est bouclée !

La salle avec son décor est inscrite au répertoire des monuments historiques depuis le 16 juillet 1984. (source : Bouillon Chartier)

Bouillon Chartier – 59, boulevard du Montparnasse – 75006 Paris Site
Ouvert 7/7 j – De 11h30 à 14h30 et 14h30 à 22h30 sans réservation
Métro : Montparnasse-bienvenue (4, 6, 12, 13) – Bus : 28, 82, 92, 94, 95, 96
, 58