L’hôtel des États-Unis

C’est en consultant une archive de l’INA datant de 1949 que je découvre l’existence de l’hôtel des États-Unis situé sur le boulevard du Montparnasse. L’immeuble existe toujours mais n’a plus tout à fait la même fonction. J’ai eu envie d’investiguer pour savoir ce que je pourrais trouver sur l’histoire de ce bâtiment…

D’après le cadastre cet immeuble du 135 boulevard du Montparnasse a été construit entre 1851 et 1914. Je n’ai pas trouvé à quelle date l’hôtel des États-Unis a ouvert à cette adresse, mais on en trouve la mention dans une petite annonce publiée le 8 mars 1879 dans le Figaro

…ainsi que sur cette carte postale qui y a été envoyée en septembre 1911.

(source : Smithsonian)

Dans un entrefilet du Petit parisien (24 sept. 1903), on apprend que M. André-Jean-Marie Fourgous, tenant l’hôtel-café-restaurant du 135 boulevard Montparnasse a fait faillite et dans une publication légale parue dans La Loi (28 déc. 1928) que l’Hôtel des États-Unis devient une SARL détenue par M. André Hamayon, architecte, Mme Marie Thébault, épouse autorisée de M. Victor Pascal d’Autremont et Mme Marie Dibonnet, veuve de M. Alphonse Thébault.

Le café-restaurant sis à la même adresse que l’hôtel portera différents noms. En novembre 1922, The Chicago Tribune and the Daily News, New York recommande Le Rapin, en mai 1931, Le Chaos, bar américain qui propose buffet froid et souper léger. En 1939, il s’agit de la Nouvelle Chine.

Dans les années 50, le rez-de-chaussée du bâtiment accueille le bar de l’Hôtel des États-Unis, dans lequel furent donnés de nombreux concerts de jazz.

Le menu du restaurant de l’hôtel des États-Unis en 1952 (source : Bibliothèque spécialisée de Paris)

Les résidents plus ou moins célèbres

A la fin du 19ème siècle, vers 1874, le peintre américain John Singer Sargent (1856-1925), qui réalisa entre autre un célèbre portrait d’Auguste Rodin, y réside. En 1881, Louise-Athanaïse Claudel s’y installe au quatrième étage avec ses trois enfants Camille (1864-1943), Louise (1866-1929) et Paul (1868-1955). C’est d’ailleurs dans le quartier du Montparnasse, à l’académie Colarossi (10 rue de la Grande-Chaumière) que Camille prend ses premiers cours de sculpture. Dans la même période, en 1885, le poète français Germain Nouveau (1851-1920) loge au 135. Le docteur Philippe Grenier (1865-1944), premier député musulman de l’histoire de France, y réside fin 1896.

Vers 1900, Édouard Léon Huvé (1865-1933) y aurait exercé son métier de maitre fondeur de caractères typographiques. En 1908, le poète et écrivain suisse Charles Ferdinand Ramuz (1878-1947) y séjourne également.

En décembre 1912, le peintre belge Hector van Eyck (1872-1924) présente une sélection de ses œuvres au Jardin d’hiver, 135 bd du Montparnasse. Resté fidèle à son pays natal, il peint les campagnes flamandes aux environs de Waesmunster. Son exposition donne lieu à un article dans le Journal des arts (18 déc. 1912)

De décembre 1929 à l’été 1930, Sergei Eisenstein (1898-1948), le cinéaste russe, séjourne à l’hôtel des États-Unis à Paris. Depuis 1925, il existe à Paris trois hôtels du même nom, mais il était vraisemblablement à celui de Montparnasse. Il en aurait profité pour rendre visite à James Joyce (1882-1941) pour discuter de l’adaptation cinématographique de son œuvre Ulysses et donner le 17 février 1930 une conférence à la Sorbonne sur les “Principes du nouveau cinéma russe”.

A une date indéterminée, vraisemblablement entre 1930 et 1939, Henry Miller (1891-1980), romancier et essayiste américain, y aurait résidé.

Pendant la seconde guerre mondiale, l’hôtel est réquisitionné pour les sous-officiers allemands.
En représailles aux 75 otages fusillés au mont Valérien à la mi-décembre 1941, deux grenades ont été lancées contre l’hôtel le 26 décembre 1941 à 6h30 du matin. Dans un document des Archives nationales, on apprend que cet hôtel a été, entre décembre 1941 et janvier 1942, le siège de la Geheim Feld Polizei (GFP), la police secrète militaire, de la Luftwaffe (armée de l’air). La Gestapo y menait aussi des interrogatoires comme celui de Madeleine Michelis (1913-1944) qui n’y a pas survécu.

Vidéogramme extrait de l’archive de l’INA du 20 janvier 1949.

Arrivé à Paris fin 1948 grâce au GI Bill*, Art Buchwald (1925-2007), alors jeune soldat américain démobilisé, a séjourné après-guerre à l’hôtel des États-Unis, tenu alors par un vétéran polonais qui a combattu aux côtés des alliés. Sa chambre était au 3ème étage équipée d’un lavabo, d’un bidet, d’un lit et d’un bureau. Il raconte que l’ampoule éclairait tellement peu que “la souris est devenue aveugle à force de chercher à manger“. Il deviendra plus tard humoriste et éditorialiste au Washington Post.

Pilote des forces aériennes des États-Unis, puis militant pacifiste, Garry Davis (1921-2013) crée en 1948 le mouvement des Citoyens du monde. Dès décembre 1948, des anonymes et de nombreuses personnalités comme André Breton, Jean-Paul Sartre, l’Abbé Pierre ou Albert Einstein, viennent à sa rencontre lors de débats. Comme en témoigne cette archive de l’INA du 20 janvier 1949, il s’est installé au 135 boulevard du Montparnasse pour dépouiller tout le courrier qui lui arrive d’un peu partout dans le monde.

L’hôtel fournissait du papier à entête à ses résidents comme l’atteste cette correspondance du 28 juin 1953, entre Eric P. Newman (1911-2017), numismate américain, et Kenneth Scott (1900-1993), historien et professeur à Wagner College, sur le thème de la contrefaçon de monnaie coloniale.

(source : NNP at Washington University in St Louis)

Plus récemment, l’écrivain Nimrod (1959-…) y auraient aussi vécu.

Quelques faits divers

Dans les coupures de journaux que l’on peut retrouver en ligne on découvre que le 135 boulevard du Montparnasse est le théâtre de faits divers plus ou moins dramatiques. Ainsi dans La Lanterne et L’Intransigeant du 4 février 1893, on apprend qu’un homme accompagné de deux enfants et qui a pris une chambre à l’hôtel y abandonne le plus jeune de trois ans au petit matin.

Dans Le Soir (23 avril 1904), on peut lire que M. Georges Bunoud âgé de trente ans, métreur-vérificateur, demeurant depuis quatre ans à l’hôtel des États-Unis, s’est tué d’une balle dans la tempe droite, par désespoir amoureux.

En 1928, Houlbaboff, un voleur en série sévit dans les hôtels. Ainsi le baron von Ritter, ancien ministre plénipotentiaire de Bavière, se fait voler une valise contenant des documents diplomatiques et 5000 francs de bijoux dans l’hôtel des États-Unis (Le Journal, 28 avril 1928)

Le 30 mai 1939, L’Humanité et l’Excelsior relatent un drame s’étant déroulé au restaurant La Nouvelle Chine, au 135 boulevard du Montparnasse. Un garçon du restaurant congédié ce matin-là a tiré plusieurs coups de revolver sur le patron du restaurant, son compatriote.

En 1941, Paris-Soir (11 juil. 1941) relate le vol de bicyclette des locataires dans la cour du 135 boulevard du Montparnasse.

Toutes ces histoires, petites et grandes, qui toutes se sont déroulées à une même adresse, au 135 boulevard du Montparnasse, donnent vie à ce lieu au fil des années.

De nos jours…

Le bâtiment de sept étages a été rénové en 2009. Il héberge l’une des résidences étudiantes de Campus France à Paris et propose 24 studios entièrement équipés, aménagés et décorés selon un design contemporain.


*Le GI Bill est une loi américaine adoptée en juin 1944 par le Congrès des États-Unis, fournissant aux soldats démobilisés de la Seconde Guerre mondiale (communément appelés les G.I.) le financement de leurs études universitaires ou de formations professionnelles ainsi qu’une année d’assurance chômage.

Les sources pour cet article : “Left Bank: Art, Passion and the Rebirth of Paris 1940–1950” (2018) de Agnès Poirier, “Expatriate Paris: A Cultural and Literary Guide to Paris of the 1920s” (1990) de Arlen J. Hansen, “Un balcon sur l’Algérois” (2013) de Nimrod, les sites de la Fondation C. F. Ramuz, du Musée Camille Claudel, du Comité des travaux historiques et scientifiques.

L’art urbain à Montparnasse

Montparnasse n’est pas réputé pour le street art, comme peut l’être le 13e arrondissement, mais plutôt pour ses ateliers d’artistes. Pourtant au fil des balades on peut y découvrir quelques œuvres visibles depuis la rue ou sur des sites ouverts au public.

Voici une première sélection d’œuvres à voir au fil des déambulations dans le quartier du Montparnasse. Parfois je ne suis pas parvenue à identifier les auteurs des graffitis. Si vous les connaissez, faites m’en part et j’ajouterai l’information. Je suis également preneuse de vos trouvailles. Indiquez-les moi en commentaire, en fonction de vos retours, soit je complèterai cet article, soit j’en ferai un second !

Les fresques

Tower par Keith Haring
Œuvre créée in situ et offerte par l’artiste en 1987, restaurée en 2016
Hôpital Necker, 149 rue de Sèvres, 15e arr.

(crédit : Les Montparnos, août 2020)

Scratching the surface par Vhils
Un des trois portraits d’enfants réalisée pour la Nuit blanche 2014
Hôpital Necker, 149 rue de Sèvres, 15e arr.

(crédit : Les Montparnos, août 2020)

L’homme en blanc par Jérôme Mesnager
Sur la façade de l’hôtel des Académies et des Arts, 15 rue de la Grande Chaumière, 6e arr.

(crédit : Les Montparnos, sept. 2020)

Fresque de la rue de la Gaité

Rue de la Gaité Montparnasse par Loren Munk
Fresque réalisée en 1991 / 1993 sur commande de la Mairie de Paris. Elle est visible depuis le boulevard Edgar-Quinet à l’entrée de la rue de la Gaité, 14e arr.

(crédit : Les Montparnos, nov. 2016)

Reprendre la conversation par Jean Michel Alberola
Sur la façade latérale de l’hotel Odessa, 28 rue d’Odessa, 14e arr.

(crédit : Les Montparnos, oct. 2020)

Fresque éphémère par Brusk
Entre la rue Vercingétorix et l’avenue du Maine

(crédit : Les Montparnos, déc. 2018)

par Jo Little & Pparpierremerriaux
Fresque réalisée dans le cadre des journées du patrimoine 2018
Hôpital Necker, 149 rue de Sèvres, 15e arr.

(crédit : Les Montparnos, août 2020)

Fresque réalisée par le collectif @le_mouvement et le Dr Taymme Hachem (@teym_hm) pour célébrer la fin du confinement en 2020.
Hôpital Necker, 149 rue de Sèvres, 15e arr.

(crédit : Les Montparnos, août 2020)

La lionne par Harry James
52 rue Raymond Losserand, 14e arr.

(crédit : Les Montparnos, août 2020)

Adios Bahamas par 75e session et les gars laxistes
Rue des Thermopyles dans le 14e arr., en hommage au rappeur Népal décédé en novembre 2019 à l’âge de 29 ans.

(crédit : Les Montparnos, août 2020)

??
Avenue du Maine, à la sortie du métro Gaité

(crédit : Les Montparnos, août 2020)

??
Dans la descente du parking de la gare Montparnasse

(crédit : Les Montparnos, août 2020)

Monsieur Chat par Thoma Vuille
Ce mur de la rue Olivier Noyer, 14e arr., change perpétuellement…

(crédit : Les Montparnos, août 2020)

Les clins d’œil

Il faut parfois lever le nez au vent pour découvrir ces petites notes d’humour et de poésie

Rue Cassette par Mifamosa

(crédit : Les Montparnos, sept. 2020)

Les pieuvres de GZ’UP
On en trouve à de multiples endroits dans le quartier, ici rue Raymond Losserand, 14e arr.

(crédit : Les Montparnos, août 2020)

Buzz l’éclair par Mr Djoul
Rue Pernéty à l’angle de la rue Raymond Losserand, 14e arr.

(crédit : Les Montparnos, août 2020)

par Monsieur BMX
Passage des arts, 14e arr.

(crédit : Les Montparnos, août 2020)

??
Rue des Thermopyles, 14e arr.

(crédit : Les Montparnos, août 2020)

Sur les devantures des magasins

12 Rue Antoine Bourdelle, 15e arr.

(crédit : Les Montparnos, )

D’après Méheut, A Douarnenez, la fête des filets bleus par Toqué frères
Au 10 rue du Maine, 14e arr., la fresque sur la devanture de la Coop Breizh, aujourd’hui fermée, a été recouverte par un graffiti.

(crédit : Les Montparnos, juin 2020)

Les fresques disparues

De la réclame au marketing

Alors qu’on trouve encore des traces de réclames peintes sur certains murs du quartier, je me suis rendu compte au fil des années que Montparnasse a été le terrain de jeu des publicitaires. Voici un aperçu des campagnes que j’ai pu apercevoir. A vous de me dire si cela vous convainc…

Classiquement tout le panel de panneaux publicitaires (4 x 3, colonne Morris, abribus, enseignes lumineuses, …) se retrouve dans le quartier et occupe l’espace urbain.

Évidemment l’objectif est d’être le plus visible possible, du coup tous les espaces monumentaux, même temporaires, sont investis.

Bâche pour le Zoo de Beauval sur l’échafaudage des travaux de ravalement du bâtiment Félix Potin, rue de Rennes (Crédit : Les Montparnos, mars 2017)

Parfois il faut casser la routine pour attirer l’attention.

A la manière de smartphone géant, les écrans en position verticale ont fait leur apparition dans la gare et le métro. En 2017, des publicités avec un élément holographique sont testées sur des panneaux de la gare Montparnasse.

Et si l’innovation c’était plus du tout de publicité dans l’espace public ? A la faveur de travaux dans le métro, on a pu avoir un aperçu d’un monde sans publicité. Et il y a quelques mois, trois panneaux 4×3 ont été retirés de la place du 18 juin 1940. Et vous qu’en pensez-vous ?