Newsletter

Pour recevoir directement dans votre boîte mail les nouveaux articles publiés par le blog Les Montparnos, abonnez-vous à la newsletter.

Lorsque vous vous abonnez, vous recevez un mail d’activation. N’oubliez pas de valider votre adresse électronique en cliquant sur le lien du mail d’activation.

Si vous avez l’impression de n’avoir pas reçu le mail d’activation, vérifiez s’il n’est pas arrivé dans les spams.

Rassurez-vous, votre adresse électronique n’est pas utilisée à des fins commerciales et vous pouvez vous désabonner à tout moment.

Notez que vous pouvez aussi suivre Les Montparnos sur :
Twitter : @BlogMontparnos
Facebook : Les Montparnos
Instagram : @Montparnos.blog

Si vous avez une remarque, laissez un commentaire ci-dessous.
Je ferai mon possible pour vous répondre.

A bientôt,

Une réflexion sur « Newsletter »

  1. Bonsoir Madame, Monsieur

    C’est avec  »un pincement au cœur » que j’ai découvert votre site, que je m’avise d’explorer dès que le temps me sera loisible.Comme tout  »nostalgique », Montparnasse a ravivé les regrets de l’avoir quitté définitivement.Pour ma part, j’ai toujours été réticent aux blogs, et je m’y suis tenu.
    Néanmoins, lors de mes recherches, j’ai pu glaner des documents-que probablement-vous connaissez; et si cela vous intéresse, je peux vous les transmettre-avec les précautions d’usage considérant le droit d’auteur et la propriété intellectuelle-; ce qui n’est pas une mince affaire. Ultérieurement, je développerai cet aspect, plus explicitement, et à votre convenance.
    Pour la forme, sachez qu’entre 1985 et 1988, je logeai au 52 rue Boissonade; que cette voie-en
    sens unique- et parallèle à la rue Campagne Première(où résidèrent parmi tant d’autres Atget,,Rilke, Man Ray) abrite deux lieux de culte, un édifice extraordinaire digne de tous les navires en
    cale sèche et couvert de lierre en été, et pour l’œil avisé -au delà des grilles-  »le passage d’Enfer ».Et que parfois, l’on peut y croiser des fantômes-images fugaces de Jules Vallès ou Georges Darien-,
    ou Jean-Pierre Léaud gueulant contre le ciel.
    C’est tout dire.
    Cordialement
    chris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *